Capitaine Flam…

Après sa lecture, que dire sur le n°15 de la revue Galaxies (Nouvelle Série) qui ne paraisse pas gratuitement méchant ?

Déjà, expliquer que si je me suis fendu de la somme de 11 €, c’est que je suis un fervent des romans de Charles Stross auquel ce numéro est consacré.

De La Laverie aux Princes Marchands, en passant par les deux tomes identifiés sous la bannière de l’Eschaton, jusqu’à Palimpseste, je suis un inconditionnel de l’auteur. De son humour déjanté. De son imagination fertile entremêlant la plus hard des sciences au meilleur des réflexions sociales, ou l’occulte et l’informatique.

J’ai donc lu le numéro spécial de Galaxies en espérant y retrouver un peu de ces qualités.

En synthèse, je n’aurai qu’un mot : Aïe !

Aussi, afin de tenter de conserver un minimum d’objectivité, je me limiterai à produire un rapport d’audit de conformité.

1°) la densité FQFSLY/§² (1) est prohibitive (2).

2°) l’article « technique » sur le style d’écriture de Stross, et la manière de le rendre en traduction, ne peut pas exister dans le même cône d’espace-temps que la traduction de la nouvelle « Une guerre encore plus froide » dudit Stross. Par conséquent, ce numéro de la revue Galaxie ne peut exister dans aucun univers matériel et je me demande ce que j’ai entre les mains.

3°) le copyright original de cette nouvelle « Une guerre encore plus froide« , pourtant fleuron de ce n° 15 de Galaxies, est attribuée, par  l’éditeur, à Camille Alexa.

4°) l’auteur de la nouvelle « Un regard pénétrant » ne s’est pas foulé pour l’écrire même si, formellement, on y retrouve, ça et là, des traces de Philippe Curval.

5°) les motivations qui ont pu conduire à traduire la nouvelle « Le hamsty » de Leonid Kaganov restent inconnues.

6°) la nouvelle « Marshmallow flambées et autres causes de mort » de Camille Alexa (aussi connue comme  Alex C. Renwick et qui hérite du © de la nouvelle de Stross) pourrait être lisible si elle n’était pas traduite à l’épluche-patate.

7°) pour un spécial Stross, le dossier qui lui est consacré est indigent.

8°) le CNL ne pratique sans doute pas un contrôle du service fait lorsqu’il attribue des subventions, parce que l’on est quand même, avec ce numéro de la revue, à la limite de l’ouvrage en langue française.

Comme j’aime bien Galaxies, je vais donc excuser ces non-conformités par le caractère festif de ce numéro, comme l’explique l’éditorialiste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s